done deal freebies sms spionage software download kostenlos mspy plus whatsapp hacken per pc locating cell

register

Dr Alexandre Djimeli a dédicacé son ouvrage sur les rapports entre médias et politique.

CULTURE DANS LA MENOUA :

Dr Alexandre Djimeli a dédicacé son ouvrage sur les rapports entre médias et politique.

« La veille de la célébration de la fête Nationale de l’unité est un prétexte idoine à l’organisation de la présente cérémonie de dédicace, car nous pensons que le livre participe aussi à l’intégration nationale… » Nazaire Mvogo, éditeur à Ifrikiya.

"Médias et politique au Cameroun : Les dynamiques de (dé)construction démocratique." Tel est le titre de son essai, paru en 2017, que Dr Alexandre T. Djimeli, journaliste en retrait, enseignant-chercheur en études africaine à l’université de Dschang (UDs), a dédicacé le jeudi 17 mai 2018, en la salle Manu Dibango de l’Alliance franco-camerounaise de Dschang. Dans sa prise de parole de circonstance, l’auteur s’est contenté de lancer un merci ! merci ! merci !… qu’il a ensuite développé en égrenant le nom d’une série de personnalités, appuyé d’un commentaire toujours élogieux et plein de gratitude. Il s’est limité à cet exercice de politesse, en attendant de revenir plus en profondeur de son ouvrage, en fonction des préoccupations qui retiendraient l’attention du public, à l’issue de la note critique de lecture. Se livrant à cet exercice, Pr Jean-Jacques Tandia, enseignant-chercheur en sociolinguistique à l’UDs, a observé d’emblée que le titre de cet ouvrage de cent soixante pages dégage une corrélation entre deux champs qui se neutralisent, tel le couple aveugle-estropiée où celui-ci sollicite l’appui de celui-là pour se mouvoir, pendant que l’aveugle a besoin de l’aide de son vis-à-vis pour se repérer dans l’espace. Et dès l’entame du corps du texte, Alexandre Djimeli aménage l’audition générale de son lectorat en définissant un pacte de lecture, afin d’orienter le sens dans lequel il voudrait que l’ouvrage soit perçu. Le produit des efforts de l’auteur s’articule autour de deux axes. Le premier est traversé par un balisage théorique en cinq chapitres. Le premier : "Médias et politique, un mariage arrangé ?" illustre bien le postulat selon lequel, l’action politique n’est pas possible sans l’accompagnement des médias. Le deuxième : "Médias et politique : des relations ambigus." revient sur la problématique de ce couple, dans lequel les conjoints s’aiment et se détestent sans jamais se séparer. Le troisième : "Médias et politique : le tournant technologique." montre que l’avènement des technologies de l’information et de la communication, TIC, a fondamentalement modifié la nature des rapports entre les instances politique et médiatique, dans les processus de construction et de structuration de l’opinion. Le quatrième : "Médias et politique : entre ordre et liberté." retrace la politique camerounaise des médias, qui semble avoir évolué d’un musèlement systématique vers une libération de la parole. Le cinquième : "Médias et politique : l’épreuve du genre." revient sur les stratégies et modes opératoires, des femmes journalistes et des femmes politiques. « Un ouvrage dont les chapitres sont gouvernés par une logique d’interdisciplinarité. » Au bout de cet axe de réflexion, l’auteur conclut que le couple « Médias et politique donne à observer une logique des acteurs, qui se déploient de façon à exister, au sens philosophique du terme, dans leur champ propre et à investir le champ de l’autre et inversement… » Dans un second mouvement de réflexion, l’auteur étudie cinq cas pratiques, qui servent d’échantillons illustratifs aux théories développées, en amont. Le premier de ces cas constitue le projet politique des médias de Hamidou Marafa Yaya, ex-secrétaire général de la présidence de la République, dont les médias utilisent les écrits d’abord à des fins commerciales, et subsidiairement d’information. Le deuxième cas pratique porte sur les sanctions du Conseil national de la communication, CNC, et revient sur les relations tendues entre cet organe de régulation et les médias camerounais. Ici, l’analyse montre que nombre de décisions du CNC n’ont aucun fondement juridique. Le troisième cas s’intéresse à Netwell et la démocratisation de l’informatisation électorale. Dans ce cas, Djimeli revient sur la tentative de cet organisme de contrôler le processus électoral, sans grand succès, à l’aide des TIC. Le quatrième cas : "Média, changement de stabilité politique dans le monde" effectue un voyage du global au local, pour conclure que « Si les médias ont favorisé l’alternance à la tête de certains Etats dans le monde, cette dynamique s’est curieusement liquéfiée sur le cas Cameroun, légitimant cette exception qui fait dire que le "Cameroun c’est le Cameroun"… » Le dernier cas s’épanche sur ce qu’on appellerait le Ladies boom au parlement, en 2013, avec l’arrivée de cinquante-six femmes sur cent quatre-vingt députés. Au sortir de cette seconde partie de sa lecture, Pr Tandia se délecte de la tonalité didactique de l’auteur, car les cas étudiés prouvant « à suffisance que dans le contexte camerounais, les champs politique et médiatique participent tous ensemble au processus de construction et de déconstruction de la démocratie… » De façon plus générale, « cet ouvrage saisi le lecteur par la logique d’interdisciplinarité », qui gouverne des chapitres à travers lesquels Djimeli revisite « un thème ancien, en le marquant de sa quête d’un idéal démocratique au Cameroun… » Selon les mots de Tandia cependant, les résultats obtenus à partir des intentions exprimées par l’auteur restent sujets à caution. De plus, le sociolinguiste « aurait souhaité voir des analyses se développer autour de l’instance citoyenne. Cette instance sans histoire… », qui est le pôle de destination de toutes les actions initiées par les instances politique et médiatique. L’essai de Djimeli est paru aux éditions Ifrikiya, dans la collection "Interligne" où l’auteur a déjà publié deux de ses précédents avant livres : "Bakassi. Sur les chemins escarpés d’une reconstruction", en 2011 ; "Capital contre le journalisme", en 2012. Le 15 mai dernier une cérémonie similaire à celle de Dschang a eu lieu à l’Institut français de Douala. De l’avis de Nazaire Mvogo, l’éditeur, « la veille de la célébration de la fête Nationale de l’unité a été un prétexte idoine à l’organisation de la présente cérémonie de dédicace, car nous pensons que le livre participe aussi à l’intégration nationale… »

Roch Kenfack

Le patrimoine culturel africain est un outil d’histoire et de développement.

L’AFCD A ORGANISE SA DERNIERE DEDICACE DE L’ANNEE ACADEMIQUE : 

 

Cet ouvrage est le fruit de la rencontre scientifique entre une historienne des civilisations et un spécialiste des sciences du langage, dans la mesure où l’histoire utilise le langage pour s’écrire.

 

« "La culture et l’histoire sont les deux composantes de l’ADN d’un peuple", comme l’a dit en 1995 Francis Bebey, célèbre homme de culture de regrettée mémoire. Ainsi, traiter du patrimoine est une question existentielle… » C’est par ces mots que Dr Eric Wilson Fofack, chargé de cours au département d’histoire de l’université de Dschang (UDs) a commencé sa note de lecture du jeudi 31 mai 2018.

C’était à l’occasion de la très probable dernière cérémonie de dédicace d’ouvrage, que l’Alliance franco-camerounaise de Dschang a organisé, au cours de l’année académique 2017/2018. Cet ouvrage collectif

MAI DES DEDICACES A L’ALLIANCE FRANCO-CAMEROUNAISE DE DSCHANG :

Valentin Siméon Zinga crée la "Démocratisation assistée".

 

« L’auteur s’est trompé de titre, ou a [alors] choisi d’esquiver le président, qui est au centre de ses chroniques… » Dr Alexandre Djimeli.

 

Après la "Démocratie avancée", la "Démocratie emballée", la "Démocratie précipitée",… voici venue le temps de la "Démocratisation assistée". C’est du moins le titre de l’ouvrage que vient de commettre Valentin Siméon Zinga. Cet observateur pointilleux du champ politique camerounais, ancien journaliste du Messager, est un créateur affiné de concepts, pour saisir le dynamisme les dynamiques du champ politique camerounais.

Son ouvrage, parut aux éditions Ifrikiya en mars 2018, a été dédicacé en fin de semaine dernière à l’Alliance franco-camerounaise. Selon Dr alexandre Djimeli, signataire d’une note critique de lecture faite pour la circonstance, l’auteur « y donne de la consistance à la "Démocratisation assistée" en deux cent quatre-vingt-dix pages. »

Comment passer de l’enseignement des mathématiques à l’écriture des pièces de théâtre.

Lors de la dédicace de son ouvrage, l’auteur a conseillé de garder toujours l’esprit critique, chaque fois qu’on envisagerait consulter un voyant.

 

"Sur les pistes des voyants" est le titre d’une pièce de théâtre parue chez l’Harmattan-Cameroun, en 2017. En cinq tableaux et douze scènes, cette œuvre présente plusieurs cas de figure contradictoires de la voyance. Le comi-drame fustige en réalité la grande majorité de voyants à la roulotte, qui ternissent l’image et la notoriété des extra-lucides, disposés à mettre leurs dons surnaturels de clairvoyance, au service du besoin des humains de communier et/ou communiquer avec les mondes de l’au-delà.

Autres actualités

  • 1

Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  commune de Dschang
  commune de Dschang
  2nd Ave and Urbanus

Keep in Touch